Le parc du Mont-Royal

Le parc du Mont-Royal

Le Mont-Royal n’est pas seulement un parc, c’est également un havre de paix pour les montréalais puisqu’il représente l’espace vert le plus important de la ville. Créé en 1876, le Mont-Royal est le plus ancien aire protégé du Québec. Plus qu’un symbole, c’est un lieu magique qui nous offre d’inoubliables panoramas sur la ville.

L’histoire du Mont-Royal

Le Mont-Royal, qui culmine à 232 m, appartient à huit des collines montérégiennes situées entre le Saint-Laurent et les Appalaches. Il est composé de trois sommets : la Grosse Montagne (ou Mont-Royal), l’Outremont (ou Pain de Sucre) et la Petite Montagne (ou Westmount).

En 1535, lors de la venue de Jacques Cartier dans la ville de Hochelaga, qui deviendra Montréal, celui-ci baptisa la montagne le Mont-Royal en honneur au roi François Ier. Suite à son passage, la ville de Hochelaga prit également le nom de Mont-Royal. Avec le temps, Mont-Royal fit place au toponyme Montreal.

Le parc a été conçu en 1876 par l’architecte-paysagiste et autodidacte américain : Frederick Law Olmsted. On lui doit notamment le célèbre Central Park de New York. Passionné par la nature, il souhaite garder le charme naturel du lieu. Il créa un long chemin, qui porte aujourd’hui son nom, permettant d’atteindre le sommet de la montagne afin de profiter d’une vue imprenable sur la ville.

En 1924, une grande croix métallique est installée au sommet de la montagne qui domine la ville. Cette croix a été érigée à la mémoire de Maisonneuve, le fondateur de la ville de Montréal, qui avait déjà érigée une première croix en bois, en 1643, afin de remercier la Vierge d’avoir sauvé la ville d’une inondation.

 

Mont-Royal-Montreal

Le parc du Mont-Royal

Situé en plein coeur de la métropole montréalaise, au sud-ouest du Plateau, ce parc de 100 hectares est l’un des plus fréquenté. Surnommée « la montagne » par ses habitants, elle regorge de nombreux trésors. On y trouve notamment un nombre important d’arbres d’espèces différentes. Ainsi, pins blancs, érables à sucre, tilleuls d’Amérique et chênes rouges jalonnent les nombreux sentiers du parc. On peut également observer plus de 150 espèces d’oiseaux ainsi que 700 espèces végétales tels que l’ail des bois, sans oublier des centaines d’écureuils peu farouches, mais aussi des ratons laveurs, des moufettes ou encore des marmottes.

Les amis de la nature peuvent profiter des nombreuses sentiers pédestre, observer les oiseaux et les écureuils ou nourrir les canards. Les férus de sport ne sont pas en reste : jogging, vélo et même ski de fond et patin à glace sur le lac aux Castors. Le parc offre des milliers d’activités pour tous, tout au long de l’année. Tous les dimanches, de mai à septembre, et selon la météo, des percussionnistes jouent pendant des heures et rassemble la foule pour un moment de fête inoubliable.

L’incontournable du parc reste le belvédère Kondiaronk, située au sommet de la montagne, qui offre l’un des plus beau panorama de la ville. En retrait, vous pourrez visiter le chalet du parc où sont exposés des tableaux de grands peintres retraçant l’histoire de Montréal.

 

Maintenant que vous êtes incollables sur le Mont-Royal, je n’ai plus qu’à vous souhaiter une bonne visite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *